L’arrivée de la machine

Les patients souffrant du syndrome d’apnées du sommeil sont souvent traitées grâce à un appareil d’assistance respiratoire appelé « PPC », qui signifie « Pression Positive Continue », visant à faciliter le passage de l’air dans le fond de la gorge.

C’est une machine qui agit grâce à l’envoi d’un flux d’air continu dans les voies aériennes du patient avec  pour effet de remonter le voile du palais, d’ouvrir le pharynx afin de lutter contre l’obstruction  plus ou moins totale des conduits aériens. L’air est poussé par la machine dans un tuyau terminé par un masque qui peut être nasal ou buccal, parfois naso-buccal, et disposé sur le visage du patient lors de son sommeil.

L’efficacité du traitement dépend notamment de l’observance, c’est-à-dire du temps pendant lequel le patient va utiliser sa machine. Plus ce temps est important et plus les bénéfices thérapeutiques seront évidents.
A l’annonce du diagnostic, les patients ne comprennent pas toujours précisément en quoi consiste la machine  – la confusion avec un dispositif apportant  de l’oxygène est fréquente –  ni les caractéristiques du traitement (sa durée, son intérêt…). C’est pourquoi le travail d’annonce et d’explications,  à la fois de la part du médecin,  et du prestataire de santé,  est essentiel pour que le patient parvienne à intégrer et à accepter le traitement dans son quotidien.
L’arrivée de l’appareil à  PPC dans la vie d’une personne est un moment particulièrement sensible, qui peut conditionner en partie le succès du traitement, il faut que le patient soit bien informé sur ses enjeux et pouvoir trouver les réponses à ses questions.

En effet, quelques astuces pratiques permettent une meilleure adaptation et une meilleure tolérance des inconvénients de ce type de solution thérapeutique. Pour être plus efficace,  il est souhaitable de présenter l’appareil à la fois au patient lui-même mais également à son entourage (notamment son conjoint). Permettre aux proches de s’investir un minimum dans le traitement permet de créer une émulation, un dialogue, qui peuvent servir de base à une meilleure compréhension des enjeux de la maladie (ce sont souvent les conjoints qui alertent le malade sur ses pauses respiratoires) mais aussi de mieux s’approprier le traitement en faisant émerger des questions mais aussi des solutions aux difficultés rencontrées.

La présentation de la machine au patient est une phase aussi importante que son arrivée dans la chambre à coucher. Comment elle marche, comment  on l’arrête, comment on fixe le masque,  sont évidemment des questions de base.  Mais il y  aura aussi tous les conseils sur  l’entretien, son nettoyage, et tous les trucs qu’il faut savoir quand on voyage… Beaucoup d’informations à délivrer en même temps ! Tous les patients n’intègrent pas ces informations de la même façon. Il faut permettre à chacun  de s’approprier le traitement et la machine de manière progressive, car c’est en se donnant le temps de se poser les bonnes questions que le patient  aura le plus de chances de présenter une observance optimale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>